Confessions & Tribulations

Mon rapport à l’alimentation – Partie 1/2

Bonjour et bienvenue sur cet article où je vous parle de mon rapport à l’alimentation, et non pas de mon RÉGIME ALIMENTAIRE (surtout que cette expression fait rapport aux régimes yoyo pour perdre du poids, chose qui ne m’est pas du tout approprié)

La 2ème partie de cet article sera publié la semaine prochaine, c’est-à-dire Lundi 17 Septembre.

 

C’est parti aujourd’hui pour découvrir mon parcours et mon expérience personnelle ! 😉

 

Mon parcours

Les allergies apparaissent, principalement à l’enfance ou l’adolescence. J’avais 12-13ans quand j’ai été voir un allergologue car j’avais beaucoup d’eczéma.

Diagnostic : allergie alimentaire : pomme poire, tomate, soja, noisette, cacahuète, huître, et j’en passe. Et une réaction allergique en bouche lorsque je mangeais certains fruits ou noix. Pour faire simple j’évitais donc de manger ces aliments.
J’avais aussi une allergie à certains arbres, pollen, au chat, à la poussière et réaction allergique au contact de la farine.

À 21ans, ayant l’habitude d’aller voir régulièrement mon allergologue pour renouveler mes ordonnances. Cette fois je lui redemande de changer de crème à la cortisone car celle que j’avais ne faisait plus effet. Verdict « désolée Mademoiselle, mais c’est la crème la plus forte ! »- « Ok et je fais quoi maintenant ?! Je n’ai que 21ans… »

C’est ainsi que vers 2011-2012 je me suis tournée vers la médecine douce / alternative / naturelle. Je me suis intéressée plus sérieusement à ma santé, à ce que je faisais subir à mon corps et à ce que je pouvais faire pour guérir.

Parallèlement à mes allergies, je faisais de l’hyperphagie. Connu comme un trouble du comportement alimentaire (TCA). C’est un comportement très semblable à la boulimie, impliquant la prise d’aliments en quantités importantes sur une courte période de temps.

[Contrairement à la boulimie, l’hyperphagie exclut les stratégies de contrôle du poids que sont les vomissements, la prise de laxatifs ou un régime restrictif « efficace ». La prise alimentaire hyperphagique est suivie d’un sentiment de honte et de culpabilité]

Après un repas, j’étais capable de manger un paquet de cookies entier. Et au fur et à mesure que je prenais conscience du rôle de mon alimentation, je culpabilisais, sans pour autant pouvoir refréner ces envies de sucre. Le pire, c’est que personne n’a jamais vraiment eu à le savoir car j’ai toujours été mince, voir maigre (voir article « Mon corps et moi »).

Depuis j’ai fais un travail sur moi à plusieurs niveaux pour trouver mon équilibre. Long et fastidieux, il n’y a pas eu UNE solution ‘miracle’ qui m’a permis de m’en débloquer, de me libérer. C’est un processus où j’ai beaucoup appris, appris à m’écouter, à connaître le corps (ses besoins, la physiologie, etc.), à tester plusieurs idées pour trouver ce qui me convenait réellement.

Aujourd’hui j’écoute mon corps, j’y vais au ressenti. Je n’ai pas un attrait particulier pour la cuisine. Je ne suis pas du genre à adorer faire la popote. Je mange et cuisine car je sais maintenant ce qui est bon pour mon corps… Mais je ne cours pas derrière la nourriture. Il m’est déjà arrivé d’être invitée et de ne manger que de la ratatouille ou du pain. Et ça ne m’affecte pas ! Je dis aux gens que je me m’adapte et ferais en fonction de ce qu’il y a ! Je ne veux pas que l’on m’embête par rapport à mes choix à l’alimentaire. En contrepartie, je ne veux pas embêter les autres. En général, ils sont plus gênés que moi. Personnellement je sais qui je viens pour la personne et non pour la bouffe, donc qu’importe ! Cependant je conçois aussi que dans certaines cultures et traditions cela est mal perçu de refuser un plat, de ne pas manger, etc…

 

 

Mes expériences

J’ai mis du temps à comprendre que ma guérison relevait d’un tout. Un travail holistique, de longue haleine, qui m’a pris plusieurs années pour constater des améliorations.
Car non seulement il me fallait travailler le terrain, mais aussi apprendre à écouter mon corps et mes émotions.
Tout ce que je vais vous expliquer ici. Ce sont des choses que j’applique principalement lorsque je mange chez moi. En dehors, je reste plus flexible, car sinon c’est impossible de gérer tous les points développés ci-dessous.

 

– Travailler le terrain

1. Naturopathie
J’ai consulté plusieurs naturopathes et voilà les principales informations utiles que j’ai gardé pour mon alimentation :

– je connais mes limites et réactions face au(x) gluten / produits laitiers / produits animaux

utiliser les plantes pour se soigner. C’est ainsi que pendant des semaines j’ai bu quotidiennement 1.5L d’infusion pour drainer et détoxifier mon foie.

– prendre un petit déjeuner composé uniquement de fruits CRU + jus de citron. Aide aussi à nettoyer le foie. Si besoin je prends un encas vers 10h.

– Tout ce qui est cru, pour une assimilation optimale, doit se consommer lorsque l’estomac est vide. Donc à jeun ou plusieurs heures après un repas (3-4h, voir plus selon ce que vous avez consommé).

– J’ai commencé à rajouter des aliments fermentés dans mon alimentation. (un très mon site pour cela : Ni cru, ni cuit)

– Au-delà du gluten et céréales complètes, j’évite tout ce qui est à base de farine.

– Et j’évite aussi les fritures.

 

2. Ayurveda
Un mois de formation de professeur de yoga en Thaïlande m’a permis de constater à quel point la cuisine indienne ayurvédique me convient. J’ai vraiment eu une révélation ! Légume, cérébrales, légumineuses, épices le tout combiné de manière adéquate pour une digestion optimale. Moi qui suis Vata j’ai une digestion lente, voir difficile. Grâce à cette formation, j’ai trouvé mon équilibre. Ça a été l’un des points majeur, mais pas uniquement.

 

3. Crudivore /frugivore
J’ai regardé beaucoup de vidéos de Régénère avec Thierry Casasnovas. Il recommande, avec beaucoup d’intelligence et de bienveillance, d’utiliser les jus de légumes pour débarrasser son corps des toxines. Se guérir de maladies souvent incurables aux yeux de la médecine conventionnelle. A ses yeux, l’humain peut vivre du crudivorisme, mais peu importe votre régime alimentaire, ajouter des jus à votre quotidien est déjà un avantage pour votre santé. Personnellement, me nourrir uniquement de fruit et légumes cru ne me réussit pas. D’ailleurs en faisant le lien avec l’Ayurveda, avec mon profile Vata, tout ce qui est cru n’est pas favorable à ma digestion. Et je l’ai bien constaté lors de ma formation. Cependant je garde toujours mon petit déjeuner cru, et lorsque je consomme des fruits et jus de légumes (fait à l’extracteur) je les consomme à estomac vide.

 

4. La mal bouffe industrielle
Les scandales, les reportages, les enquêtes alimentaires. Tout ce que vous pouvez facilement trouver sur internet m’ont beaucoup apporté. Sincèrement, ça et les vidéos de T. Casasnovas, m’ont apporté une vision approfondie de mes besoins réels et ce que l’on nous vend. Le marketing est fort, très fort !!!

 

[RDV ici pour la 2ème et dernière partie de cet article! Je parle du système digestif, de l’écoute de mon corps et de mes émotions, et ce que j’ai appris de l’expérience des autres.]

 

Comprenez bien que je vous fait part ici de mon expérience et ma manière de vivre mon rapport à l’alimentation. Ce qui est vrai pour moi ne l’est pas nécessairement pour vous. Et je le respecte ! L’alimentation est un sujet sensible qui fait beaucoup débat, c’est pour cela qu’au-delà de vous énoncer des faits et mon vécu, je ne prends part à aucun style alimentaire qui puisse exister.

 

A la semaine prochaine ♥

 

S’il y a des sujets que vous aimeriez voir sur ce blog, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !

Parce que partager c’est aimer ! Merci de diffuser cet article autour de vous s’il vous a plu. Au plaisir de se retrouver bientôt sur Facebook & Instagram

Mais aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.